REPÈRES BIOGRAPHIQUES

1896

Naissance à Paris de Jacques Le Chevallier, le 23 juillet 1896. Son père Léon Le Chevallier, représentant, préoccupé d'architecture, collectionneur. Sa mère Elisabeth Pillard, artiste, professeur de dessin dans les écoles de la Ville de Paris.

 

1911

Après des études souvent entravées par la maladie, entre à l'Ecole supérieure des arts décoratifs de Paris, élève de Paul Renouard et Eugène Morand.

 

1915

Mobilisé au service de Santé des armées (ambulancier 1915-1919) où il fait la connaissance de Raymond Cogniat avec lequel il restera en relation amicale.

 

1919

Reprise de ses études.

Rejoint la société d'art chrétien, « Les Artisans de l'Autel », groupement composé de catholiques: artistes, peintres, sculpteurs et décorateurs, qui apportent leur collaboration technique et artistique au culte divin, sous une double discipline esthétique et religieuse, avec tous les moyens d'exécution de leurs ateliers. Participe à leur exposition avec une affiche. Début de ses activités de peintre, graveur sur bois, illustrateur et décorateur.

portrait JLC jeune.jpg

1920

Commence une carrière de peintre verrier dans l'atelier de Louis Barillet, collaboration qui durera jusqu'en 1946.

 

1921

Épouse Jeanne Bourard, ancienne élève de l'École des Arts Décoratifs de Nice. Ils auront sept enfants, dont deux filles décédées à 6 et 12 ans.

1922

Participe au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts à la présentation des travaux des élèves de l'École supérieure des arts décoratifs, section « arts décoratifs ».

Réalise la couverture du premier album de la société des Artisans de l'Autel pour laquelle, Jeanne, son épouse, crée et exécute des travaux de broderies et dentelles pour ornements religieux

 

1925

Dans le cadre de l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de Paris, il conçoit, pour la société Les Artisans de l'Autel, avec Louis Barillet la composition d'ensemble de la chapelle du Christ rédempteur de l'Église du village français réalisée par Jacques Droz, architecte. Membre du jury d'admission de la Classe du verre. Diplôme d'honneur pour l'ensemble du

groupe.

 

1927

Sociétaire du Salon d'automne.

Expose au Salon d'automne ses premières recherches de luminaires réalisés en collaboration avec son ami René Kœchlin, c'est le début de la conception d'un ensemble de

luminaires qui marque une étape importante dans l'éclairagisme moderne. Voyage en Suisse, il visite avec Gino Severini (1883-1966) et Alexandre Cingria (1879-1945)

les églises décorées par ces artistes.

 

1928

Installation à Fontenay-aux-Roses dans une maison qu'il fait construire.

 

1929

En novembre, exposition de luminaires au magasin D.I.M. Membre fondateur de l'Union des Artistes Modernes (U.A.M.). Exposition de groupe à la galerie La Salle, présentation de peintures et d'aquarelles. Premier voyage en Italie.

Logo U.A.M - Union des Artists Modernes

1930

Participe à la première exposition de l'U.A.M. avec des luminaires. Voyage en Suisse. Réalise une suite de petits ouvrages illustrés dans une collection dirigée par Stanislas

Fumet et Georges Hourdin, sur des textes de Renée Zeller. Exposition Internationale d'Art industriel itinérante (1930-1931) dans les musées de Boston, New York, Chicago et Cleveland, présentation de trois luminaires.

1931

Participe à la deuxième exposition de I'U.A.M. avec des luminaires. Exposition galerie Javal et Bourdeaux, organisée par Ernest Tisserand, présentation de peintures,

d'aquarelles et de luminaires. Participe à l'Exposition Coloniale avec l'Atelier Barillet, diplôme d'Honneur.

 

1932

Exposition « Les métaux dans l'art musée Galliera, présentation de trois luminaires. Débute les illustrations pour la collection « L'année en fête pour nos enfants » de

Renée Zeller, parution de cinq ouvrages jusqu'en 1935.

 

1934

Exposition internationale d'art religieux à Rome, présentation de trois stations de chemin de croix.

 

1935

Présentation de papiers peints dans le stand Nobilis au Salon de la Société des Artistes Décorateurs. Voyage en Italie.

 

1936

Second voyage en Italie (Assise et Rome) Réalisation d'une suite importante d'aquarelles. Présentation, par les maîtres-verriers sous l'égide de Louis Barillet, de l'une des

douze verrières modernes d Notre-Dame de Paris, dans la travée Nord deux lancettes « Saint Marcel et Sainte Geneviève » et une rose « La vie éternelle ».

 

1937

Participation à l'Exposition Internationale des arts et des techniques dans la vie moderne de Paris avec l'Atelier Barillet et des Œuvres personnelles Au pavillon pontifical, présentation de la verrière réalisée l'année précédente
pour Notre-Dame de Paris. Expose au côté de Fernand Léger, Maurice Denis, Marcel Gromaire, une grande peinture décorative évoquant « Les allocations familiales » dans le hall du Pavillon de la Solidarité réalisé par Rob Mallet-Stevens Participation au Pavillon de l'Union des Artistes Modernes avec du matériel pédagogique : solfège - lecture globale - couleurs.

 

1938

Installe à Fontenay-aux-Roses un atelier pour ses études personnelles.

 

1939

Participe à l'exposition de vitraux et tapisseries modernes du Petit Palais et présente à titre personnel, en parallèle d'un vitrail, quatre tapisseries exécutées par l'atelier Tabard d'Aubusson, exposition qui consacre le renouveau de la tapisserie française. Présenté au Prix Paul Guillaume de peinture pour l'année 1939.

1940

Création avec l'éditeur Adolphe Halard d'une collection d'images et d'estampes religieuses « ODILIA Avec cette édition, Jacques Le Chevallier engage un effort de rénovation en faisant appel à des artistes. II reçoit l'appui de Renée Zeller pour le choix des textes.

1942

Première exposition de groupe d'art religieux organisée par Jacques Le Chevallier dans le local de la Confédération Française des Professions (C.F.P.) Exposition de Jacques Le Chevallier et Théodore Hanssen dans le local de la C.F.P.

1943

Deuxième exposition d'art religieux organisée par Jacques Le Chevallier dans le local de la C.F.P. Exposition personnelle galerie d'art Lucy Krohg : gouaches, aquarelles, dessins et Peintures. Exposition personnelle galerie Saint-Jean, Caen : paysages, dessins et compositions religieuses. Premières commandes personnelles de vitraux par la Ville de Paris et les Monuments historiques, notamment à Montreuil et Maisons-Alfort, qu'il fait exécuter par l'Atelier Barillet.

1944

Membre du Comité du Salon de l'imagerie. Concours du Sacré-Cœur de Paris en association avec Louis Barillet.

 

1946

Création de son atelier de Fontenay-aux-Roses dans lequel il pourra faire exécuter ses propres vitraux par une équipe de techniciens.

 

1948

Contribue avec Joseph Pichard et Maurice Rocher à la réorganisation des anciens Ateliers d'art sacré fondés par Maurice Denis et Georges Desvallières, sous le nom de Centre d'art sacré. Il en assure la direction et enseigne l'Art monumental du vitrail. (1948-1960).

1950

Début de la participation au « Salon des Réalités Nouvelles » et au « Groupe Espace » avec la présentation de vitraux abstraits. Participe à la rencontre franco-allemande d'art sacré organisée par le service des relations Artistiques de la Direction des Affaires Culturelles du Haut-Commissariat de la République Française en Allemagne. Début de la réalisation d'une importante suite de vitraux pour Ia Liebfrauenkirche à Trèves, ensemble exécuté par l'atelier Dornoff. A partir de cette date, il intervient également en Suisse, Belgique et Italie (Rome). Chargé de diriger l'équipe des verriers de la basilique d'Echternach (Luxembourg), il exécute les trois grandes verrières du chœur.

1952

Exposition du Centre d'art sacré à la Maison d'art alsacien à Strasbourg . Nommé professeur de vitrail à l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris (1952-1965), et membre des jurys de peinture.

1954

Sociétaire du salon des Réalités nouvelles.

 

1956

Entre au bureau de la Société des Artistes Décorateurs dont il devient vice-président en 1957 et 1958.

1957

Médaille d'Or de la Triennale de Milan.

 

1958

Grand Prix à l'Exposition Universelle de Bruxelles, pavillon Français. Chevalier de la Légion d'Honneur.

 

1960

Participation à la Biennale de Venise. Exposition personnelle à la galerie Colette Allendy : peintures, gouaches, dessins.

1961

Son fils Guy Le Chevallier, qui dirigeait l'atelier d'exécution de son père, crée son propre atelier qu'il appelle « Atelier de Vitrail de Fontenay » pour la réalisation de vitraux d'autres artistes.

 

1962

Début de la réalisation d'un important ensemble de vitraux non figuratifs pour Notre-Dame de Paris, en particulier dans la haute nef. Le chantier durera quatre années.

 

1967

A la fin de l'année, il cesse son activité de responsable d'atelier. Pour ses propres créations, la réalisation technique sera assurée par l'Atelier de Vitrail de Fontenay. Exposition personnelle à la galerie Arlette Chabaud : peintures, gravures, dessins.

 

1968

Admis membre du Comité français des expositions.

 

1975

L'Atelier de Vitrail de Fontenay commence à exécuter les commandes personnelles d'Anne Le Chevallier , épouse de Guy, dont Jacques Le Chevallier avait dirigé la formation artistique.

Jacques Le Chevallier dans son Atelier

1977

Lauréat de la Médaille des arts plastiques de l'Académie d'Architecture. Exposition personnelle Galerie des deux portes à Versailles : huiles, gravures sur bois, dessins et acryliques.

 

1978

Officier de l'Ordre national du Mérite.

 

1980

Grand Prix régional des métiers d'art pour la région Ile-de-France.

 

1982

Exposition personnelle galerie Jean Camion : acryliques, gravures sur bois, dessins, encres de Chine. Exposition rétrospective de l'œuvre de Jacques Le Chevallier au musée de Saint-Maur : peintures, gravures et paysages.

1986

Mise en valeur de ses créations de luminaires lors d'une grande vente à l'Hôtel Drouot. Première étape de redécouverte et reconnaissance par les musées et les collectionneurs, en France et à l'étranger.

 

1987

Exposition de quatorze lampes métalliques créées entre 1927-1930, galerie MC2 Édition.

 

Décède le 23 avril 1987 à Fontenay-aux-Roses

(Hauts-de-Seine).

IMG_2878bis.jpg

EXPOSITIONS (1919 à 2007)

EXPOSITIONS (2007 à 2019)